LE QUARTIER HISTORIQUE DE LA TREMBLADE

La Tremblade s'est développée grâce aux activités majeures que furent l'aménagement des marais salants, leur exploitation et les activités maritimes. D'après A. Letélié, la période entre le XIIème et le XVème siècle fut prospère mais l'impôt sur le sel, la réforme, l'invasion des sables et les guerres de religions freinèrent l'essor de La Tremblade.
 
Des marins, des pêcheurs, des journaliers
D'après Guy Binot dans Histoire de Royan et de la presqu'île d'Arvert « vers 1730, à La Tremblade, on construit des navires de 400 à 500 tonneaux utilisés pour la pêche à la morue de Terre-Neuve pour la traite des esclaves de la côte de Guinée et le commerce de Saint Domingue. »
Michel Chaigne dans « Il était une fois La Tremblade » nous précise que « Louis XIV eut besoin de marins expérimentés et vint chercher les plus habiles et les plus braves capitaines de la marine marchande. »
Mais la pêche était l'activté principale des marins : pêche de la sèche en Seudre (fabrication de la colle), des anguilles, de la raie et de la sardine.
 
Des sauniers
« Le saunier naissait presque dans le marais, essayait ses premiers pas sur les bosses, pendant que le père en bêchait le sol, courbée sur son aiscée*, que la mère nettoyait le jas ou surveillait les vêtes*... Des centaines d'habitants se livraient aux jours d'été à l'industrie salicole au temps où elle était sans jamais se plaindre, sans désir d'un meilleur sort, sans regret parce qu'ils se sentaient libres... »
 
D'après Paul Dyvorne dans Royan et la presqu'île d'Arvert.
* Une aiscée : une bêche
* Une vête : une petite digue ou levée qui sépare les champs des marais salants.
 
Marins, pêcheurs, sauniers, qui vivaient modestement, avaient regroupé leur habitat formant ainsi des quartiers types que l'on retrouve au sein des îles et des villages côtiers. A La Tremblade, ce quartier est situé entre la rue de La Seudre (ancienne rue des Coets ou de Marennes), la rue du Maréchal Foch reliés entre par la rue des Martelles (devenue la rue des Maltaises), la rue de la Verrerie et le Chenal de l'Atelier.

 

Quartier du port                     Quartier du port                       Quartier du port                        Quartier du port


Les habitants du littoral s'organisent de façon très groupée sur les lieux de vie. Les rues aux alignements continus de maisonnettes basses ont des tracés parfois étroits et sinueux. Ces maisons, quelquefois sans jardin ni dépendance, sont souvent accolées par leur pignon et ont un simple rez-de-chaussée ; lorsque le terrain le permet, un étroit jardinet derrière la maison abrite de minuscules dépendances. Ces petites constructions extrêmement simples sont très basses et souvent sans grenier. Quelques unes ont été remaniées au début du XXème siècle et peuvent présenter un étage et des détails décoratifs (corniches, bandeaux...) Mais les façades sont restées simples et en alignement avec les autres maisons si bien que l'ensemble conserve une grande unité.

Afin de découvrir ce quartier typique et pittoresque aux mois de mai, juin et juillet lorsque les roses trémières et les plantes indigènes sont en pleine floraison, deux circuits vous sont conseillés.

1er circuit (en vert)
Place Faure Marchand - rue de la Verrerie - rue de la Faulx - rue Traversière - à droite rue du Maréchal Foch - puis à gauche rue des Maltaises - rue de la Paix - rue du Hâ - rue du Maréchal Foch - rue Batelière - rue de l'Ortuge - Boulevard Letélié - Place Faure Marchand
2ème circuit (en violet)
Place Faure Marchand - rue Foran - rue du Temple - ruelle de la Courte Boule (près du temple) - à droite rue du Maréchal Foch - rue des Maltaises - à droite rue de la Seudre - entre le n°66 et n° 68 ruelle à droite- rue de la Paix - rue du Hâ - à droite rue du Maréchal Foch - rue Batelière - rue de la Faulx - rue Traversière jusqu'à la petite impasse à gauche - retour rue de la Faulx - rue de la Verrerie et Place Faure Marchand. 
 

Carte pour la visite du quartier du port


0 : le temple (1823)
1 : l'empreinte 
2 : un vieux porche
3 : un portail dans la rue Traversière
4 : à l'angle de la rue du Hâ et de la rue du Maréchal Foch se trouvait l'ancienne maison des pauvres. 

Origine des noms de rue (par M.MOREAU dans La Tremblade Ronce les Bains) 
Rue Batelière : a conservé son nom depuis la révolution. Rue bordée de simples maisons de marins.
Rue de la Faulx : nom donné sous la révolution, faisant partie de la "section Marat"
Rue du Hâ : nom d'un lieu qui devait être fortifié ou entouré de fossés...
Rue des Maltaises : déformation de Martel (Martray) lieu de martyre, exécution...
Rue de l'Ortuge : nom de l'ancien moulin à vent
Rue de la Verrerie : rue où se situait une ancienne verrerie.